Return to site

Job Dating Pôle Emploi avec 40 personnes

Comment trouver un job à 7 personnes en une heure.

· Rambouillet,recrutement

Temps de lecture : ~9 minutes. 3 minutes avec des yeux bioniques.

Recrutop Ouest – Rambouillet est l’agence d’emploi basée dans le 78 qui s’occupe de plusieurs secteurs d’activité tels que la restauration, les espaces verts, et le transport/logistique. Pendant l’été 2016, un événement unique a été organisé en collaboration avec Pôle Emploi dans le but de mettre en relation les missions que nous avions à proposer, et des demandeurs d’emploi de Rambouillet. L’intérêt de ce « job dating », nouveauté à Rambouillet d’après Pôle emploi est l’économie de temps permise aux candidats comme aux recruteurs : la réunion est thématique aux missions.

L’initiative était très intéressante, et quelque part, réconfortante : je me suis donc dit qu’il serait dommage de ne pas communiquer là-dessus. Je remercie donc Sabrina (chargée de recrutement) et Catheline (responsable d’agence) de m’avoir supporté pendant une demi-heure pour une simili-interview sur cette rencontre.

A Rambouillet, c'est la première fois qu'une telle rencontre est organisée. Comment est venue l’idée ?

L’idée est née quand il est apparu clair que la problématique de l’agence de Rambouillet était non pas de prospecter de nouveaux clients et de trouver des missions, mais bien de trouver des candidats, des profils pour ces postes. Nous fonctionnons beaucoup à l’entretien et à la rencontre, donc il fallait trouver comment maximiser ces rencontres avec les personnes qualifiées. Il y avait plusieurs secteurs d’activité qui nous intéressaient. J’ai rencontré une personne du pôle emploi qui nous a dit qu’il valait mieux se concentrer sur un secteur d’activité. En soi, nous recherchons dans les métiers de la restauration, des espaces verts, de la logistique.

Et c’est le thème de la logistique qui a été choisi ?

Le job dating ne s’est jamais vu à Rambouillet, donc d’un commun accord, on essaie les métiers de la logistique parce que c’est le plus facile pour tester le concept. Pôle emploi savait qu’elle disposait de personnel. Donc on a échangé, on ne peut pas toujours passer nos demandes sur le site de pôle emploi parce que ça fait des doublons, mais Pôle emploi a des profils, et nous, nous avons des missions.

De notre côté, nous ne savions pas ce qu’on pouvait faire, ce qu’elle allait nous proposer en termes de solution physiques, de possibilités, etc. Pôle emploi a tout géré côté physique. Côté Recrutop, nous n’avons eu quelque part qu’à nous rendre sur place, où on a pu faire un entretien physique avec tout le monde, se faire connaître. Pôle Emploi nous a véritablement facilité la vie, et celle des conseillés par la même occasion.

Combien de personnes avez-vous pu rencontrer ?

Il y avait environ 40 personnes, ce qui n’était pas mal du tout. Avec les entretiens flash, nous avons pu cibler, on a eu d’excellents retours, avec un recrutement et quelques placements en intérim (4-5). En somme, 1 sur 6 directement après le job dating a pu trouver un emploi. Derrière, on a gardé plusieurs contacts dans la base de données parce que par exemple, deux caristes, n’étaient pas disponibles, ou avaient trouvé ailleurs.

40 entretiens au total, donc ?

Nous étions deux. D’ailleurs au début nous voulions venir à 3, mais Pôle Emploi n’était pas certain de pouvoir nous procurer une salle assez grande.

On avait besoin d’entendre ce qui freinait, leurs problèmes sur le recrutement et l’intérim. On a pu cibler ce qui les handicapait lors de la recherche, ce qui nous a permis aussi à nous, qui devons considérer les candidats comme « un autre client » en face du « client », de saisir la problématique actuelle. « Depuis combien de temps vous êtes demandeur d’emploi, combien d’entretiens vous avez fait ? » Mine de rien, si on veut voir le recrutement comme autre chose que de l’envoi de CV, ça demeure un travail d’accompagnement. Sur les personnes qui sont venues nous voir, certains ont pris un autre chemin, mais des retours que nous avons eus, ils ont eu l’impression d’être écouté : ils savaient pertinemment qui ils avaient en face, et ce qu’on avait à proposer.

Je suppose que c’était plus efficace qu’une rencontre en agence ?

Plus efficace pour nous parce que demande réelle et directe, c’est de la proposition active, on n’est pas dans une situation où on a pas de postes mais juste un besoin de base de données.

Ces profils sont vraiment durs à mettre en poste ?

Dans la région, on a une vraie problématique logistique. Le fait qu’un lieu soit desservi ou non par les transports en commun notamment. Le dernier train pour Paris doit être à 22h, et sur les lieux qui sont autour de Rambouillet, si tu commences à 5h, et après 20h30, tu ne peux pas rentrer chez toi. Ça c’est factuel, mais certains de nos clients travaillent de nuit. Donc sans permis, ce n’est pas possible, et tout le monde n’a pas le permis.

Le pire se situent pendant les périodes de vacances scolaires, cela devient un enfer, rien que vers Saint Arnoux, qui n’est pourtant qu’à 20 minutes en voiture.

Et on a clairement des endroits qui ne sont pas desservis. Par exemple, un plongeur, qui a de la bonne volonté, qui a les compétences : s’il n’a pas le permis, il ne peut pas travailler.

Vous avez eu une bonne collaboration avec Pôle Emploi ?

Beaucoup de gens critiquaient le pôle emploi, mais ils se sont énormément améliorés en termes de critères.

On a eu un super retour d’une candidate, qui vient de signer son CDI, qui a fait les démarches auprès de pôle emploi, et ils s’aperçoivent bien qu’on fait tourner du monde qui viennent de chez eux, et c’est un résultat plutôt cool.

On va faire un retour sur les candidats, sur les profils qu’on a croisé, leurs résultats de missions, auprès de pôle emploi. On est dans l’optique de réorganiser ce genre de job dating.

Pour les prochains Job dating, vous avez quelques retours d’expérience ?

Le temps d’accueillir tout le monde, de faire une présentation globale de Recrutop, de faire un tour de table, d’échanger un peu sur « on a tel type de postes, et on va discuter avec chacun d’entre vous »

C’est un projet à relancer, sur d’autres secteurs (notamment les espaces verts qui sont un milieu qui nous intéressent beaucoup).

Après, y a des profils qui correspondaient parfaitement aux postes, et certains qui correspondaient moins. Là, on doit tenir le rôle de conseiller : par exemple on a reçu des caristes. Certains, on regardait leurs compétences, on regardait la mission, et on savait que voilà, envoyé au client, il conviendrait parfaitement et serait mis directement en poste. A côté, un autre profil auquel on va demander « depuis quand vous êtes cariste ? », il nous répond « 2 mois », on sait d’entrée que ça va être plus compliqué, et c’est là que même si on ne le met pas en poste, il faut avoir une politique de transparence et de conseil.

Même si ça ne remplit pas nos objectifs de recrutement, au moins, il en ressort aiguillé. Et pour certains profils qui ne collaient pas du tout à notre secteur d’activité, on est obligé de leur dire « désolé, allez ici ou là, parce qu’ici, nous ne prenons pas parce que nous ne savons pas faire ».

Quel est le plus gros problème rencontré lors de ce Job Dating ?

Sur la quarantaine, on avait 4 chauffeurs de bus et un chauffeur de taxi, qui ne nous intéressaient pas parce qu’on a pas de poste pour ça. Donc ça, c’est un vecteur d’amélioration pour les prochains job dating, et sur lequel j’ai échangé avec mon contact de pôle emploi. Contextuellement, le chauffeur de bus/taxi est dans la logistique, mais c’est dommage parce qu’on leur a fait perdre un peu de temps à ces gens-là, même si on a joué le jeu de les conseiller de notre point de vue.

D’accord, je vous remercie de m’avoir donné de votre temps, et je vous laisse travailler :)

Les agences de recrutement souffrent souvent d'une mauvaise réputation en termes de relations humaines, souvent à raison. Frustration de non réponse, impression de mépris ou d'indifférence. Nous ne pouvons pas nous prévaloir de faire mieux que tout le monde, mais nous travaillons en permanence, par le biais des nouveaux outils (numériques, administratifs, etc) pour nous améliorer. La relation qui doit être fondamentalement gagnante-gagnante entre l'agence et les demandeurs d'emploi mérite d'être fluidifiée

Si vous avez un retour sur cet article, ou un commentaire, ou tout simplement que vous voulez signifier votre outrage et lapider l’auteur, n’hésitez pas à me contacter via fsalobir@recrutop.com ou via le support de ce site (en bas à droite). Si vous avez une question ou même un sujet qu’il vous parait important de traiter, n’hésitez pas à en venir discuter.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly